Cinéma >Les réalisateurs > Norman Jewison

Norman Jewison
Réalisateur, Producteur

Biographie

  Norman Jewison


Norman Frederick Jewison est né le 21 juillet 1926 à Toronto, au Canada. Il étudie dans un premier temps la musique au Conservatoire Royal, puis le théâtre au Malvern Collegiate Institute de Toronto. Soldat dans la marine nationale canadienne durant la Seconde Guerre mondiale, il ressort diplômé de l'Université de Victoria en 1950, et démarre sa carrière professionnelle comme... chauffeur de taxi, tout en trouvant de quoi arrondir ses fins de mois en faisant l'acteur sur scène et dans des pièces radiophoniques. Il part ensuite vivre à Londres, où il rédige des scénarios pour la BBC, où il est également engagé comme comédien. De retour à Toronto, Jewison devient directeur des programmes pour la chaîne CBC, de 1952 à 1958, et dirige des émissions de variétés mettant en vedette notamment Judy Garland, Frank Sinatra, Danny Kaye, Harry Belafonte ou le chanteur de country Andy Williams. Il remporte plusieurs Emmy Awards pour l'occasion et, au début des années 60, se lance dans la réalisation de longs métrages de fiction. Ses premiers films ne sont guère inoubliables, comédies souvent poussives mettant en scène Doris Day (Le piment de la vie, Ne m'envoyez pas de fleurs) ou Angie Dickinson (Gare à la peinture)... Il est alors appelé en catastrophe pour remplacer Sam Peckinpah sur Le kid de Cincinnati, et saisit l'occasion de faire un film accrocheur sur le monde du poker. La consécration arrive finalement avec Dans la chaleur de la nuit, un bon film policier sur une thèse antiraciste. Devenu réalisateur de prestige, Jewison tourne successivement des classiques tels que L'affaire Thomas Crown. Jésus-Christ superstar, d'après la comédie musicale homonyme, croulera un peu sous les effets d'un gigantisme assumé, et Rollerball, du nom d'un sport ultra-violent qui hystérise les foules au début d'un XXIe siècle fantasmé. Avec Soldier's story, qui révèle Denzel Washington, il réalise un excellent polar sur fond de luttes raciales exacerbées en 1944 et avec F.I.S.T., Jewison s'attaque à la collusion entre les syndicats américains et la mafia. Et puis sa comédie Eclair de lune, avec Cher et Nicolas Cage, lui permet de recevoir une cinquième nomination aux Oscars, qu'il n'empoche toujours pas. Avec ses sujets amples, sa réalisation parfois acquise à une certaine esbroufe, Norman Jewison ne met pas systématiquement dans le mille, mais reste alors sans aucune discussion possible l'un des cinéastes les plus talentueux de Hollywood, et ce jusqu'au milieu des années 80 où, comme nombre de ses congénères (Pollack, Lumet, Pakula), lui échoient alors des scénarios indignes de sa carrière. On passera ainsi sur la comédie policière Larry le liquidateur, le drame à l'eau de rose Only you, et on fermera carrément les yeux sur Bogus, dans lequel Gérard Depardieu incarnait le bon génie d'un petit garçon joué par Haley Joel Osment (la révélation de Sixième sens !). Avec Hurricane Carter, Jewison revient à un cinéma plus engagé, clôturant par ailleurs une trilogie sur le racisme et réunissant le héros du premier opus (Rod Steiger dans Dans la chaleur de la nuit) et du deuxième (Denzel Washington dans Soldier's story) pour l'occasion.

Filmographie

  Norman Jewison


Affiche de L
L'affaire Thomas Crown

Affiche de Hurricane Carter
Hurricane Carter

Affiche de Le Kid de Cincinnati
Le Kid de Cincinnati

Affiche de Justice pour tous
Justice pour tous












Recherche :
Titre de films :
A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  LE  LES  LA  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z






© Cinéma Passion 2001-2020







179 visiteurs connectés