Cinéma >Les acteurs > Gérard Philipe

Gérard Philipe
Acteur, Réalisateur

Biographie

  Gérard Philipe


Gérard Philipe (4 décembre 1922 – 25 novembre 1959), de son vrai nom Gérard Philip1, est un acteur de théâtre et de cinéma français.

Il voit le jour à Cannes (Alpes-Maritimes), dans une famille aisée, fils de Marcel Philip (1893-1973), avocat qui possède un cabinet de contentieux juridique, puis sera administrateur-gérant du Parc Palace Hôtel de Grasse, et de Marie Villette. Son frère aîné se prénomme Jean.

Il suit toute sa scolarité au lycée de l'Institut Stanislas de Cannes tenu par les marianistes où il est bon élève. Il y obtient, au début de la guerre, son baccalauréat.

Son père le destine à une carrière de juriste, mais, rencontrant de nombreux artistes réfugiés sur la Côte d'Azur (en zone libre) depuis 1939, il décide de devenir comédien. Sa mère le soutient dans ce choix. Il ajoute un « e » à son nom pour obtenir treize lettres avec son nom et son prénom, chiffre porte-bonheur selon celle-ci.

En 1941, le réalisateur Marc Allégret lui fait passer une audition, en compagnie de son amie Danièle Delorme, et l’envoie prendre les cours d’art dramatique de Jean Wall et Jean Huet à Cannes. Le comédien Claude Dauphin le fait jouer au théâtre à partir de 1942 avec Une grande fille toute simple d’André Roussin au casino de Nice.

En 1942, Marc Allégret lui fait jouer une silhouette dans son film La Boîte aux rêves, réalisé par son frère Yves. En novembre de la même année, la zone libre est occupée par l’armée allemande.

En 1943, la famille Philip s’installe rue de Paradis, dans le 10e arrondissement de Paris, où Gérard s’inscrit au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, suit les cours de Denis d'Inès puis de Georges Le Roy et obtient le second prix de comédie. Il participe à la Libération de Paris en 1944 en faisant partie de la résistance française (FFI) alors que son père est un collaborateur notoire.

Gérard Philipe se fait connaître au théâtre, où il obtient son premier succès et la célébrité à l’âge de 20 ans, en pleine Seconde Guerre mondiale, dans le rôle de l’ange dans Sodome et Gomorrhe de Jean Giraudoux en 1943.

Toujours en 1943, il rencontre Nicole Navaux, une ethnologue épouse du diplomate François Fourcade. Ils tombent amoureux en 1946 et, après qu'elle a divorcé, se marient le 29 novembre 1951 à la mairie de Neuilly-sur-Seine dans une totale intimité.

Il fait reprendre à son épouse son premier prénom, Anne, parce qu'il le trouve plus poétique.

Ils ont deux enfants : Anne-Marie Philipe, née le 21 décembre 1954, devenue écrivain et comédienne elle aussi, et Olivier Philip, né en février 1956 ; ils s'installent boulevard Inkerman, à Neuilly, puis rue de Tournon, à Paris.

Le succès de Gérard Philipe au théâtre et en tournée explose avec la création de Caligula d’Albert Camus en 1945.

En 1947, il est le partenaire de Micheline Presle dans le film Le Diable au corps de Claude Autant-Lara et il accède au statut de célébrité du monde du spectacle français.

Anne et Gérard Philipe deviennent tous deux compagnons de route du Parti communiste français. Acteur engagé, il est l'un des premiers à signer l'appel de Stockholm, en 1950, contre l’armement nucléaire en pleine guerre froide. Il devient président du Syndicat français des artistes-interprètes (SFA) où il se révèle grand responsable syndical pour les métiers artistiques du cinéma et du théâtre à partir de 1958.

Toutefois, durant ces mêmes périodes, ces engagements ne l’empêchent pas de visiter très régulièrement Paul Marion, l’ancien ministre de l’Information de Vichy, à la prison centrale de Clairvaux où ce dernier purge sa peine.

Entré au Théâtre national populaire de Jean Vilar en 1951, il remporte de nombreux succès à Paris, en tournée, au Festival d'Avignon (Le Prince de Hombourg, Le Cid de Pierre Corneille, Richard II), en jouant un répertoire classique, et en mettant lui-même en scène plusieurs pièces de Musset ou des auteurs contemporains comme Henri Pichette et Jean Vauthier. (En 1953 il auditionne avec Jean Vilar un nouveau comédien, Philippe Noiret qu'il intègre à la troupe).

En 1952, pour le cinéma, il joue Fanfan dans Fanfan la Tulipe de Christian-Jaque avec Gina Lollobrigida, ce qui lui vaut de devenir une « idole des jeunes » à travers le monde. Sa jeunesse et son charisme d'exception triomphent à l'écran au niveau international dans des films de Christian-Jaque, Claude Autant-Lara, René Clair, René Clément, etc.

En 1959, le 25 novembre en pleine gloire, à l’apogée de sa popularité, alors qu'il vient de finir le tournage du film La fièvre monte à El Pao de Luis Buñuel au Mexique, il est emporté par un cancer du foie foudroyant — la presse parla à l'époque d'une crise cardiaque — à Paris, à l'âge de 36 ans, plongeant dans la tristesse ses nombreux admirateurs. Conformément à ses dernières volontés, il est enterré dans le costume de Don Rodrigue (Le Cid de Pierre Corneille), au petit cimetière de Ramatuelle, près de Saint-Tropez.

Filmographie

  Gérard Philipe


Affiche de Fanfan la Tulipe
Fanfan la Tulipe

Affiche de Montparnasse 19
Montparnasse 19

Affiche de Le Diable au corps
Le Diable au corps

Affiche de La Beauté du Diable
La Beauté du Diable












Recherche :
Titre de films :
A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  LE  LES  LA  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z






© Cinéma Passion 2001-2020







184 visiteurs connectés