Cinéma >Les actrices > Françoise Arnoul

Françoise Arnoul
Actrice

Biographie

  Françoise Arnoul


Fille d'un général d'artillerie et d'une comédienne, Françoise Arnoul passe sa jeunesse en Algérie. Dès l'âge de sept ans, elle prend des cours de danse classique à Rabat. Au lendemain de la Deuxième guerre mondiale, elle débarque en France et s'inscrit au cours d'art dramatique d'Andrée Bauer-Thérond (comme Michel Piccoli et Anouk Aimée). Un imprésario la remarque et la présente à Willy Rozier qui cherche une jeune fille pour interpréter le rôle, très déshabillé, de Perruche dans L'épave. Ce rôle fera d'elle une vedette, à 18 ans seulement. Elle confirmera d'ailleurs son nouveau statut en enchaînant avec une comédie de Jean Boyer, Nous irons a Paris.

Dans les films qui suivront, elle sera souvent cantonnée dans des rôles de fille perdue, parfois perverse (Le Fruit défendu d'Henri Verneuil en 1952, La Rage au corps et Les Compagnes de la nuit de Ralph Habib en 1953). En 1955, elle trouve un rôle à sa vraie mesure dans French Cancan de Jean Renoir, qui deviendra un de ses grands amis, dans lequel Jean Gabin transforme la petite blanchisseuse qu'elle est en vedette du cancan. Elle retrouvera d'ailleurs Gabin la même année dans Des gens sans importance d'Henri Verneuil.

Les années suivantes, on la verra en amoureuse vénitienne chez Roger Vadim (Sait-on jamais? en 1957) ou en séduisante "Chatte"; dans le film éponyme d'Henri Decoin (1958) et sa suite La Chatte sort ses griffes (1960). Elle tournera également pour Julien Duvivier (Le Diable et les dix Commandements, film à sketchs de 1962) et Michel Deville (Lucky Jo en 1964).

Dès la fin des années 60, elle se fera beaucoup plus rare au cinéma, se lançant dans le syndicalisme avec son second mari (elle avait été brièvement mariée à Georges Cravenne), le cinéaste Bernard Paul, ou prenant fait et cause pour l'avortement en signant le manifeste des 343, appel public à la désobéissance civique, quatre ans avant la loi Veil, signée par des femmes qui affirmaient avoir recouru à l'avortement.

Elle tournera toutefois encore pour des réalisateurs comme Jean-Claude Missiaen (Ronde de nuit en 1984), Jean Marboeuf (Voir l'elephant en 1990, Temps de chien en 1996) ou Brigitte Roüan (Post coitum, animal triste en 1997). En 1997, la comédienne est la présidente du jury de la Caméra d'Or au Festival de Cannes.

Depuis 1998, ses rares apparitions se font notamment dans des téléfilms, comme L' Alambic (encore une fois sous la direction de Marboeuf), Duval : Un mort de trop en 2001 et Le Voyageur de la Toussaint en 2007. Elle est présente sur le grand écran dans seulement deux films entre 1997 et 2011 : Merci pour le geste de Claude Faraldo en 2000 et le drame Beau rivage de Julien Donada en 2011, dans lequel elle tient l'un des rôles principaux aux côtés de Daniel Duval et de Chiara Caselli.

Filmographie

  Françoise Arnoul


Affiche de Le Dimanche de la vie
Le Dimanche de la vie

Affiche de La Chatte
La Chatte

Affiche de En effeuillant la marguerite
En effeuillant la marguerite

Affiche de Si Paris nous était conté
Si Paris nous était conté












Recherche :
Titre de films :
A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  LE  LES  LA  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z








© Cinéma Passion 2001-2024







294 visiteurs connectés