Cinéma >Les acteurs > Erich Von Stroheim

Erich Von Stroheim
Acteur, Réalisateur

Biographie

  Erich Von Stroheim


Erich von Stroheim, de son vrai nom Eric Oswald Stroheim, est un acteur et réalisateur américain, né le 22 septembre 1885 à Vienne (Autriche), et décédé le 12 mai 1957 à Maurepas (France).

Enfance et formation restent obscures. Sa biographie autorisée est assez fantaisiste. Fils de Benno Stroheim et de Johanna Bondy, tous deux juifs pratiquants, il se déclare par la suite catholique, et comte Eric Oswald Marc Hans Carl Maria von Stroheim et Nordenwall, fils d'une notabilité autrichienne. La carrière militaire, dont il parle beaucoup, n'est pas prouvée. Il semble avoir travaillé quelque temps dans l'atelier de chapeaux de paille de son père.

Il émigre aux États-Unis en 1909, sans motif clairement établi, avec le financement d'un oncle. Il entame une carrière d'acteur et d'assistant de cinéastes, notamment auprès de D.W. Griffith sur le tournage de Naissance d'une nation, avant de s'imposer comme metteur en scène avec des films muets très ambitieux et visionnaires, sur un mode pessimiste et cynique.

Dès son premier film, La Loi des montagnes, ses obsessions sont manifestes : l'argent, le sexe, les blessés et les infirmes, l'officier de l'armée qu'il joue souvent lui-même. Cela se retrouve dans les rôles qu'il interprète par la suite, tant en France qu'aux États-Unis. Avec Folies de femmes, il brosse un portrait au vitriol d'une société corrompue par l'argent et le sexe. Perfectionniste, il exige que les armoires et les commodes, qui ne sont pas une seule fois ouvertes, soient remplies de vêtements. Avec La Veuve joyeuse, il détourne une opérette pour en faire un film sur les orgies dans une cour royale avec infirmes, obsédés sexuels et monarques dégénérés.

Lâché par les producteurs de Hollywood qui l'ont affublé du titre de "l'homme que vous aimerez haïr", en rapport avec ses tournages exigeants qui nécessitent des budgets faramineux pour l'époque, il abandonne la mise en scène, n'étant pas convaincu par le parlant, et se consacre à sa carrière d'acteur.

Il émigre en France, où il est considéré comme le plus grand cinéaste de son temps, avec Charlie Chaplin, et va jouer dans de nombreux rôles à la hauteur de son talent. L'un des rôles les plus marquants est celui du commandant à la minerve dans La Grande Illusion, réalisé par Jean Renoir, heureux de faire jouer celui qui l'a décidé à devenir cinéaste, en 1937. Aux côtés de Pierre Fresnay, Jean Gabin et Marcel Dalio, Von Stroheim livre l'une de ses plus belles prestations. La même année, Pierre Chenal le sollicite pour L'Alibi ; le magnifique face-à-face avec Louis Jouvet vaut à lui seul le déplacement. L'année suivante, il joue face à Michel Simon dans Les Disparus de Saint-Agil, de Christian-Jaque. Nouveau chef-d'œuvre avec ce rôle de professeur d'anglais plein d'humanisme. Il est Beethoven dans Napoléon de Sacha Guitry en 1954, l'un de ses derniers rôles.

Il retourne aux États-Unis au début des années 40, et poursuit sa carrière d'acteur avec en point d'orgue Boulevard du crépuscule de Billy Wilder, véritable diamant noir qui n'épargne pas l'industrie hollywoodienne. Buster Keaton, Cecil B. DeMille y jouent leurs propres rôles aux côtés de Gloria Swanson qui investit beaucoup d'elle-même dans le rôle de Norma Desmond. Quant à Erich Von Stroheim, il est troublant de vérité dans le personnage du majordome, ancien réalisateur de films muets de Norma Desmond. Il faut préciser que Von Stroheim avait tourné Queen Kelly avec Gloria Swanson, dans les années 1920. Réalité et fiction se confondent, et la scène finale, avec la descente d'escalier de Norma Desmond qui a sombré dans la folie, se croyant redevenue la reine de Hollywood, est bouleversante d'humanité, de tristesse et de cynisme. Erich Von Stroheim dirige les cameramen de la télé et prend conscience de sa propre misère, lui qui n'a jamais pu diriger de films depuis la fin du muet. Ce n'est pas l'acteur mais le metteur en scène dont le destin fut brisé que l'on voit à l'écran.

Eric von Stroheim fut un spectateur assidu du Théâtre du Grand Guignol au temps de l'administration de José de Bérys.

Filmographie

  Erich Von Stroheim


Affiche de Boulevard du crépuscule
Boulevard du crépuscule

Affiche de La grande illusion
La grande illusion

Affiche de Les Disparus de Saint-Agil
Les Disparus de Saint-Agil

Affiche de L
L'Alibi












Recherche :
Titre de films :
A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  LE  LES  LA  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z








© Cinéma Passion 2001-2022







96 visiteurs connectés