Cinéma >Les réalisateurs > Atom Egoyan

Atom Egoyan
Réalisateur, Scénariste, Producteur

Biographie

  Atom Egoyan


Atom Egoyan est né au Caire le 19 juillet 1960. D'origine arménienne mais de nationalité canadienne, il grandit à Victoria, dans l'Etat canadien de le Colombie britannique. A 18 ans, il s'installe à Toronto et, après un diplôme avec mention à l'Université, il étudie les relations internationales, apprend la guitare et, surtout, commence à réaliser des courts métrages. Open House, son quatrième, sera diffusé sur la chaîne CBC. A la télévision, on le retrouve en tant que metteur en scène et scénariste pour plusieurs épisodes de séries telles que "La quatrième dimension" ou "Alfred Hitchcock présente". Il réalisera d'ailleurs un téléfilm en 1992 pour CBC, "Gross Misconduct", qui raconte les déboires d'un joueur de hockey sur glace. En 1984, la vente de Open House lui permet de réaliser son premier long métrage, Next of Kin, un film dont le personnage central se fait passer pour le fils perdu d'une famille d'Arméniens émigrée au Canada. Le film remporte le Ducat d'Or au Festival de Mannheim et lui offre l'occasion de rencontrer celle qui deviendra son actrice fétiche et son épouse, Arsinée Khanjian. Egoyan est également, pour ce premier film, nominé au titre de Meilleur réalisateur aux Génies, les Oscars canadiens. Son deuxième film, Family viewing, commence à attirer l'attention des médias sur la personne d'Atom Egoyan, et reçoit huit nominations aux Génies. Speaking parts suivra, sera sélectionné pour la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Mais c'est avec The adjuster qu'Egoyan devient finalement connu d'un plus large public, bien que ce film, étrange, obsessionnel, dérange beaucoup. Une touche Egoyan qui sera encore très nette dans Exotica, sélectionné à Cannes en 1994 et où s'entremêlent les destins de plusieurs personnages avec une boîte de nuit comme décor central. Le film remportera le Prix de la critique internationale. Après la parenthèse Calendar, tourné en Arménie avec une caméra vidéo, des rétrospectives Egoyan commencent à être organisées en Europe et, en 1996, le réalisateur est membre du jury à Cannes. Il est également fait Chevalier des Arts et Lettres. De facture plus classique, De beaux lendemains, retraçait le destin d'une petite communauté canadienne après le dècès, dans un accident de bus, de plusieurs dizaines d'enfants du village, était présenté, en 1997, en sélection officielle du Festival de Cannes, festival dont le désormais plus célèbre réalisateur canadien était encore hôte, en 1999, et toujours en compétition officielle, avec Le voyage de Felicia, plus ouvert, plus accessible à un large public que d'habitude. Egoyan y suivait le parcours d'une jeune fille naïve prise dans les mailles du filet d'un tueur en série qui la recueille et lui offre un foyer. Un changement de cap définitif pour Atom Egoyan ou une simple expérimentation supplémentaire ? La réponse est peut-être dans Ararat, qui entremêle avec dextérité de nombreux fils narratifs, tout en rendant hommage aux gardiens de la mémoire du peuple arménien. A nouveau présenté à Cannes, ce film très personnel met une nouvelle fois en scène la belle Arsinée Khanjian.

Filmographie

  Atom Egoyan


Affiche de Adoration
Adoration

Affiche de Chloé
Chloé

Affiche de Speaking Parts
Speaking Parts

Affiche de Family Viewing
Family Viewing












Recherche :
Titre de films :
A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  LE  LES  LA  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z








© Cinéma Passion 2001-2022







64 visiteurs connectés